Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Unity Dow, Les cris de l'innocente. Glaçant.

Publié le

Unity Dow, Les cris de l'innocente. Glaçant.

Une petite fille a disparu. On ne retrouve que ses vêtements ensanglantés. Pour la police cela ne fait aucun doute, elle a été enlevée puis dévorée par un lion. La famille ne croit pas à cette thèse car elle sait qu’il existe des créatures bien plus féroces et cruelles que les animaux sauvages : les hommes.

Unity Dow se sert de la structure du thriller pour dénoncer les meurtres rituels (le diphango), l’une des plaies de l’Afrique. Cette pratique barbare qui consiste à prélever sur des enfants vivants (sinon le porte-bonheur ne fonctionnera pas) des organes ou diverses parties de leur anatomie pour fabriquer des amulettes parce que « les meurtriers (…) avaient une élection à gagner, des affaires à faire prospérer ou une promotion à obtenir ».

Unity Down est juge à la cour suprême du Botswana et membre de l’International Woman’s Rights Watch. Son expérience professionnelle et son engagement lui ont malheureusement permis de voir toute l’horreur d’un pays qu’elle adore pourtant comme en témoigne les magnifiques descriptions de la région de l’Okavango. « Comment tant de beauté peut côtoyer tant de cruauté ? » demande d’ailleurs l’un des personnages.

On sort forcément un peu secoué de ce roman (on est loin de l’univers de Mma Ramotswe), faux thriller en fait mais vrai réquisitoire. N’attendez pas d’enquête traditionnelle ni beaucoup d’action, la progression de l’histoire se fait essentiellement par des récits.

Commenter cet article